Communiqué de l’Observatoire des multinationales (multinationales.org)

[REVELATIONS] Plus de 51 milliards € pour les actionnaires du CAC40 en 2021 ! 

Dividendes – L’Observatoire des multinationales révèle dans une nouvelle publication que les 40 plus grands groupes français vont verser plus de 51 milliards d’euros à leurs actionnaires, soit une hausse de 22% par rapport à 2020. Sur la même période, le résultat net agrégé du CAC40 a pourtant chuté de 55% et 100% de ses membres ont bénéficié d’aides publiques liées à la pandémie sans aucune condition sociale, fiscale ou écologique.

L’appel des pouvoirs publics à « la modération » sur la rémunération des actionnaires en raison de la crise sanitaire aura fait long feu. En 2020, seule une minorité d’entreprises qui y étaient plus ou moins obligées les avaient supprimés ou réduits : le CAC40 avait tout de même versé près de 42 milliards d’euros de dividendes et rachats d’actions en pleine pandémie de Covid19. 

Dans une nouvelle publication, l’Observatoire des multinationales révèle que la rémunération des actionnaires repart fortement à la hausse (+22 %) pour atteindre 51 milliards d’euros (43,7 milliards € de dividendes et 7,3 millions € de rachats d’action), et ce bien que les dividendes des banques soient toujours strictement limités par les autorités monétaires européennes. 

Alors que 100% des membres du CAC40 bénéficient d’aides publiques (chômage partiel, plans d’urgence, plan de relance, soutien de la BCE, recapitalisation, etc), ce sont les grandes familles du capitalisme français (Bettencourt, Arnault, Pinault etc) et les gestionnaires d’actifs (Blackrock, Vanguard, Amundi etc) qui vont profiter de cette hausse massive. 

Cette rémunération généreuse représente 140% des profits agrégés du CAC40 en 2020. “Un nombre conséquent de ces multinationales ont donc pioché dans leur trésorerie, souvent abondée par les pouvoirs publics, pour rémunérer les actionnaires : était-ce l’objectif des aides publiques que de garantir une hausse des dividendes en 2021 ?”, s’interroge Maxime Combes, co-auteur de cette publication sur les dividendes du CAC40.

Les aides publiques aux grandes entreprises ont explosé avec la crise sanitaire, mais le gouvernement refuse systématiquement d’y mettre des conditions en matière de dividendes, de préservation de l’emploi ou du climat. “Comment justifier un tel refus aujourd’hui alors que ces 51 milliards euros ne profitent qu’à une toute petite minorité et que le reste de l’économie (PME, petits commerces, services publics, secteur culturel et non lucratif) s’enfonce dans la crise ?”, demande Olivier Petitjean, l’autre co-auteur.

La publication de cette note s’inscrit dans un travail au long cours de l’Observatoire des multinationales pour débusquer les corona-profiteurs du CAC40 et mettre en évidence pourquoi les aides publiques au secteur privée devraient être transparentes et conditionnées.

Pour cette saison d’« Allô Bercy ? », l’Observatoire des multinationales lance une campagne citoyenne de crowdfunding pour mener le combat pour la transparence des aides publiques, la mise en place de véritables conditions à ces aides, et leur réorientation vers les secteurs et les acteurs économiques qui nous sont vraiment utiles et qui en ont vraiment besoin.

Pour aller plus loin : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.