Bizi veut dire Vivre, en basque…

Faut-il commencer par la longue énumération des réalisations ? Prenons, un instant, le parti inverse de donner un bout d’explication…

Bizi est une organisation politique basque, qui s’est construite avec un travail suivi auprès des coopératives agricoles, donc des réseaux de paysans, auxquelles étaient lié.e.s un grande nombre de jeunes qui ne voulaient pas quitter leur « pays » pour des emplois de merde ou la galère en ville.

On note le même phénomène chez des jeunes dans les départements d’Occitanie… Toutefois, il faut saisir l’ancienneté de la construction politique et sociale basque, dont beaucoup des plus anciens ont participé – durant les années soixante-dix et après – au soutien de l’ETA ou de sa variante de grand arrière dans la zone basque des Pyrénées-Atlantiques et des départements voisins. Murissement, et aussi souci de construire des générations militantes : ce n’est pas un hasard s’ils ont participé à constituer Alternatiba dont une grande partie de la direction est composée de jeunes d’environ 25 ans et notamment de femmes.

Se sont constituées une conscience collective et une direction qui a su prendre sa place dans l’appel plus jamais ça et  pour le soutien au texte « Plan de sortie de crise ».

Dans la situation au Pays Basque, cela se traduit par de multiples initiatives alternatives.

Une Plateforme Relais Paysan (LEKUKOA est la seule plateforme collective conçue et gérée directement par les structures paysannes du Pays Basque qui défendent l’agriculture paysanne depuis plus de 30 ans.

BIZI a travaillé sur « 40 actions à faire pour que demain ne soit pas comme hier ».

Pour donner un exemple et un peu de culture agricole… Avec le confinement en mars-avril, des centaines d’éleveurs piémont et montagne se sont retrouvés avec leur production d’agneaux sans débouché auprès des restaurateurs comme des grandes surfaces, du jour au lendemain, au moment de la plus grosse gestation et de production de l’année. Pas de vente des agneaux, pas de fromage, fait avec du lait de brebis… Ce produit de très haute qualité, est vital dans le cycle de l’élevage ovin, puisque, dès que les agneaux sont partis, la production de fromage à partir du lait de brebis peut commencer.

Toutefois, depuis des années, en Béarn, au-delà des marchés paysans/bio, des Amap et des groupements de fermes en vente directe habituels, des réseaux parallèles locaux se sont mis en place, comme celui-ci : https://www.agneaudelaitdespyrenees.com/ 

En 15 jours, ils ont monté une logistique collective, un site de vente en ligne, et pré-vendus les premiers 1500 agneaux de lait sous vide (90 € pièce). Ils ont identifié une quarantaine de points de vente directe en extérieur en Béarn/Pays basque/sud Landes. Enfin, le prix au kg – tout en restant très attractif pour le consommateur (14 €) et conditionné dans les normes sanitaires – est 20-25% plus élevé que celui concédé aux grandes surfaces, par le producteur.  

Nul ne dira que les circuits courts sont d’une courte efficacité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *